Il était une fois ”Au-delà du bac”

Idéation du projet

À l’automne 2020, lors de l’Assemblée générale de Demain Verdun, les gens présents étaient invités à partager leurs idées de projets à saveur environnementale et sociale directement dans un document sur google drive. Une des participantes et bénévole très impliquée dans le groupe Propre@Verdun, Sarah, souhaitait mettre en place un mini centre de tri à Verdun, car elle était préoccupée par la gestion des déchets non récupérés et parce qu’elle était consciente que l’Écocentre de Lasalle n’était pas accessible à tous. Six (6) autres personnes (Cécile, Céline-Audrey, Francis, Johanne, Philippe et moi-même, Catherine) étaient intéressées par cette idée de projet et s’étaient promis de former un comité pour le mettre en place.

Démarches entreprises

En janvier 2021, nous nous sommes rencontrés virtuellement (confinement oblige) pour échanger sur notre vision et sur les démarches à entreprendre.

Par manque de temps, l’instigatrice du projet a quitté le comité dans sa phase d’amorçage. Nous lui sommes reconnaissants d’avoir semé la graine !

Nous avons continué à nous réunir une à deux fois par mois pour des rencontres d’une durée d’une heure chacune.

L’idée initiale était d’avoir un lieu de cueillette permanent, ouvert en soirée et les fins de semaine, de type libre service, dans un lieu tel un commerce, pour compléter les disponibilités offertes par la Maison de l’environnement.

Défis rencontrés

Rapidement, notre comité s’est aperçu que, légalement parlant, pour des raisons de sécurité et d’hygiène, du personnel devait être présent sur place en tout temps lors des collectes. Par exemple, si du polystyrène (styromousse) souillé attirait la vermine, cela pouvait être dommageable pour le commerçant. De la même façon, il devenait difficile de s’assurer que seul le matériel permis serait déposé au lieu de la cueillette et ensuite acheminé au centre de tri. On n’a qu’à penser au trottoir bordant Renaissance (commerce de Verdun) où les clients font des dépôts alors que le commerce est fermé. Bref, cette situation devait être évitée.

Grandes étapes

Lors de chaque réunion, nous nous donnions des devoirs en fonction des intérêts, des forces, des disponibilités et du réseau de chacun afin de concrétiser le projet.

Entre autres, voici certaines tâches que nous avons effectuées :

  • Déterminer les matériaux à récupérer
  • Définir où acheminer ces matériaux (Mira : cartouches d’encre ; MEV : crayons et stylos qui iront chez Bureau en gros ; Fondation Clermont Bonenfant : goupilles, attaches à pain, bouchons de plastique, lunettes ; Recork : bouchons de liège)
  • Trouver un lieu de collecte : capacité d’accueil et plages horaires
  • Développer le fonctionnement des journées de collecte
  • Trouver des dates de collecte
  • Trouver des bénévoles pour réceptionner les matériaux
  • Trouver les ressources matérielles : un véhicule, des contenants
  • Trouver du financement pour payer un local et l’essence du véhicule
  • Préparer le visuel pour la publicité dans les médias sociaux (FB, infolettres), imprimer des affiches pour épingler dans les commerces du quartier
  • Travailler la stratégie de communication : où et quand diffuser (par exemple : FB, infolettres, Nouvelles d’ici)

Projet-pilote

Au départ, nous avions défini deux dates de collecte : 5 et 20 juin 2021.

Suite aux succès rencontrés en juin, nous avons continué le 17 juillet et le 1er août 2021. À partir des conclusions tirées de ce projet-pilote, il a été décidé de poursuivre le projet à raison d’une fois par mois.

Depuis novembre 2021, l’événement se déroule chaque 2e samedi du mois. Les lieux retenus sont l’école Lévis-Sauvé où travaillent Francis et Céline-Audrey, avec l’autorisation de la direction et de la Commission scolaire Marguerite Bourgeoys (signature de contrat) pour les mois de juin à octobre 2021 et au Café le 5e, pour les mois de novembre 2021 à mars 2022.

Bilan

Succès :

  • une quarantaine de personnes se présentent à chaque événement
  • des fidèles reviennent
  • les gens nous remercient pour l’initiative
  • on a le sentiment qu’on comble un besoin réel
  • des donations sont faites afin que nous puissions payer le loyer d’hiver.

Défis à relever pour le projet :

  • trouver des bénévoles pour assurer une présence sur place
  • trouver un bénévole avec une voiture disponible lors des événements
  • trouver le financement pour payer le local (actuellement : on paye le local grâce aux dons en argent reçus lors des collectes + don de 300$ d’une ‘’commandite’’)
  • rejoindre tous les publics (tous n’ont pas FB ou Internet ou l’événement n’est pas suffisamment partagé dans les réseaux sociaux) Donc, affiches dans les commerces : IGA, Branche d’olivier, Épicerie Vert pomme et les monolithes de l’Arrondissement sur la Wellington. Finalement, le maire annonçait en début de séance notre activité.

Espoirs :

  • sensibiliser l’arrondissement à la nécessité d’un lieu / service similaire pris en charge par l’arrondissement et non porté à bout de bras par des bénévoles
  • que d’autres s’approprient l’initiative dans leur arrondissement
  • que les gens continuent d’être au rendez-vous pour venir déposer leurs matériaux
  • que la fréquence des gens augmentent afin d’augmenter le volume de matières recyclables

Surprises :

  • certaines personnes amassaient des matériaux depuis plusieurs années, en attendant de trouver une solution de récupération
  • certaines personnes se sont déplacées de l’extérieur de Verdun, aussi loin que de Ville-Marie, de Rosemont, en allant visiter leurs amis verdunois
  • le projet a fait écho jusqu’à la Ville Centre, à la Direction de la gestion des matières résiduelles
  • l’événement sur la Wellington devant le salon de coiffure MEDZ a permis des échanges forts intéressants

Conseils pour débuter ce genre de projet :

  • il est nécessaire d’être flexible et à l’écoute des autres personnes impliquées dans le projet qu’on se connaisse déjà ou pas parce que l’idée de départ et le point d’arrivée vont certainement différer
  • il faut accepter que le projet puisse ne pas aboutir, c’est le propre de l’implication citoyenne : garder en tête que la meilleure idée peut échouer
  • garder en tête la notion de plaisir au sein du projet, de solidarité
  • se rappeler que des gens qui ne se connaissaient pas sont capables de collaborer et se compléter dans leurs forces

Nous sommes tous et toutes enthousiasmé(e)s par le projet qui selon nous est une réussite par sa pérennité, son engouement, son utilité et son équipe de bénévoles. Nous souhaitons que l’année à venir soit aussi enthousiasmante que la précédente et que les verdunois continuent d’être au rendez-vous.

Laisser un commentaire